Programmes nationaux et internationaux

Programme COLLECTA

  • COLLECTA "Actualisation numérique de la collection de François-Roger de Gaignières » 2014-2016. Projet Synergie, soutenu par la COMUE HéSam

    Résumé du projet

    Issu du programme « Paris Nouveaux Mondes » d'HESAM Université, le projet « Collecta » (archive numérique de la collection de François-Roger de Gaignières, 1642-1715), est porté par l'École du Louvre et l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut Acte.

    Le programme de recherche a conduit à constituer une base de données et un site Internet dédiée à la collection de François-Roger de Gaignières. Collecta est la reconstitution virtuelle de cette collection élaborée à partir de l’inventaire complet des 5 569 items (manuscrits, portefeuilles de dessins et d’estampes, imprimés, tableaux et objets) dressé en 1711, du vivant de l’antiquaire et aujourd’hui dispersée entre différents lieux de conservation (départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford).

    La première version du site web Collecta est l’occasion de naviguer au cœur de cette collection, d’en donner un aperçu historiquement fidèle, d’expérimenter les principes de renvoi et les liens imaginés initialement par Gaignières, de donner un accès à ce qui, jusqu’à présent, était sous-jacent ou passait inaperçu comme par exemple les copies de copies, les séries liées au processus de production des copies (brouillon, dessin préparatoire, mise au net…), les séries constituées de vues d’ensemble et de détails d’un même monument, etc.

    Ainsi, le projet Collecta offre l’occasion d’opérer des liens entre la logique classificatoire moderne avec les logiques contemporaines d’indexation des savoirs et des données et de reconsidérer le rôle des antiquaires dans la construction des savoirs, il ne manquera pas, par sa mise en œuvre pratique, de susciter une réflexion sur les enjeux des humanités numériques aujourd'hui.

    Direction scientifique

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre). Responsable scientifique du projet sur le plan historique.
    • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), responsable scientifique et artistique du projet de création du site web.

    Date de début-date de fin : 2014-2016 - Durée du projet scientifique : 36 Mois

    De juin 2014 à juin 2016, le programme de recherche COLLECTA, porté par l’Ecole du Louvre et en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a été financé par la COMUE HéSam dans le cadre des projets Synergie.

    Depuis juillet 2016, le programme de recherche COLLECTA a bénéficié du soutien financier de l’Ecole du Louvre, de l’IRHT-CNRS, de l’Equipex Biblissima, du Consortium Sources Médiévales (COSME-TGiR Huma-num) et de la Fondation Balzan, en la personne de M. Michel Zink, secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, récipiendaire du prix Balzan en 2007.

    Membres associés au projet

    • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
    • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
    • Josselin Morvan (encodeur TEI)
    • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
    • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

    Colloque international : « Collecta. Des pratiques antiquaires aux humanités numériques ».

    Le colloque international qui s’est tenu à l’École du Louvre les 7 et 8 avril 2016 a été l’occasion d’offrir une lecture transdisciplinaire et critique des questions que soulève la rencontre de l’histoire de l’art, du design et de l’informatique dans le champ des humanités numériques. Les enjeux sont historiques, épistémologiques, cognitifs, esthétiques, patrimoniaux, sociaux, culturels et créatifs. Les actes publiés en décembre 2016 s’articulent autour de quatre sections distinctes : « Voir et comprendre », « Les collections et le pari de la restitution », « De l’aléa et du système », « L’objet et son transfert ». On y trouvera en plus de contributions variées, le détail du projet Collecta et de ses enjeux.

    https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2016000117_collecta-des-pratiques-antiquaires-aux-humanites-numeriques

    Programme du colloque : PROGRAMME du colloque Collecta Des pratiques antiquaires aux humanités numériques.pdf

    Actes du colloque : ACTES DU COLLOQUE.pdf

    Site web : https://www.collecta.fr/

    Lien complémentaire : https://irht.hypotheses.org/3558

  • Programme de recherche ANR-18-CE27-0003 : « ANG-G : Archive Numérique Géolocalisée : la collection Gaignières », 2019-2022.

    Résumé du projet :

    Le projet ANG-G a pour objectif de faire ouvrir une interface de cartographie exploratoire à l’étude inédite de l’une des plus riches collections documentaires jamais accumulées sur l’histoire des familles, des territoires et du patrimoine européen, médiéval et moderne. La collection Gaignières conservée en grande partie à la Bibliothèque nationale de France et à la Bodléienne d’Oxford, est l’œuvre d’un homme qui par ses méthodes de recherche et de classement offre à l’aube des Lumières une vision totalement novatrice de l’histoire et du patrimoine ancrés dans un territoire. 
    Tout à la fois voyageur et homme de cabinet, F.R de Gaignières (1642-1715) a eu l’idée pionnière pour son temps d’entreprendre un inventaire archivistique, archéologique, artistique et sociologique de la France dans son contexte européen, voire extra-européen (jusqu’à la Chine). Quarante années durant, assisté par son dessinateur Louis Boudan et son copiste-paléographe Barthélemy Rémy, il fixe sur le papier les chartes, les monuments et les paysages alentour, soucieux de décrire un monde qui pourrait disparaître. C’est donc un portrait instantané de la moitié Nord de la France et de son patrimoine textuel et monumental (des milliers de copies de textes et plus de 7500 dessins) qu’il nous livre, vierge de toutes les destructions que les trois siècles écoulés depuis - une Révolution et deux guerres mondiales- ont engendrées. Autour du berceau territorial de la Monarchie française exploré in situ, Gaignières tisse ses réseaux érudits et acquiert manuscrits, imprimés et estampes qui documentent les provinces françaises méridionales et les royaumes étrangers. Comme en témoignera l’anglais Martin Lister en 1698 : « Il a toute l’Europe rangée par catégories ». 
    Archiviste inspiré, Gaignières invente un système de classement conforme à sa vision encyclopédique de l’histoire en prise avec son territoire. Par un procédé de copies multiples à l’identique répondant à divers classements thématiques et un principe de renvois, il multiplie les mises en série en variant les échelles d’observation et donnant vie à sa documentation. Cette économie documentaire qui découpe, structure et relie entre eux des champs ouverts et évolutifs, confère à la copie textuelle ou au dessin un sens qui n’est jamais univoque ou exclusif. Ce faisant, sa collection augure sur bien des points nos bases de données informatiques. 
    En dépit de la dispersion de cette exceptionnelle collection après la mort de l’antiquaire au sein des différents départements de la Bibliothèque nationale de France et à la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford, les inventaires conservés ont permis sa reconstitution virtuelle dans un site web qui lui est dédié, Collecta. Archive numérique de la collection Gaignières. Fort de cette vision globale retrouvée, le projet ANG-G permettra de découvrir cette collection de manière inédite en offrant la possibilité de visualiser les objets étudiés sur des cartes anciennes ou récentes en faisant varier les échelles d’observation, les temporalités et les critères d’interrogation. L’élaboration de l’interface par un équipe pluridisciplinaire d’historiens, d’historiens de l’art, de géohistoriens et de designers, son adossement à la plateforme web-sémantique et géo-référencée Oronce-Fine et son volet de science participative permettront à un public diversifié de chercheurs et d’amateurs, la réappropriation de cette extraordinaire collection comme source pour la recherche et comme vecteur de connaissance du patrimoine régional, présent ou disparu.

    Calendrier : 

    • Date de début-date de fin : Janvier 2019 – Septembre 2022

    • Durée du projet scientifique : 36 Mois

     

    Coordinateur du projet : François Bougard (Institut de recherche et d'histoire des textes) 

    Équipe du projet ANG-G (ANR, 2019-2022) / Collecta + (DIM Île-de-France, 2019-) : 

    Direction

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignante-chercheuse HDR, École du Louvre/CNRS-IRHT) 

    Équipe scientifique du projet ANG-G (ANR)

    • François Bougard (CNRS-IRHT) 

    • Benoît-Michel Tock (Université de Strasbourg) 

    • Laurent Hablot (EPHE) 

    • Laurent Costa (ArScAn) 

    • Flavia de Rubeis (Ca' Foscari) 

    • Nicolas Verdier (EHESS) 

    • Anne Laurent (CNRS-IRHT) 

    • Karima Pedemas (CNRS-IRHT)

    • Sophie Fétro (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

     

    Contributeurs scientifiques

    • Élise Vanriest (post-doctorante, avril 2019- décembre 2020) 

    • Damien Bril (post-doctorant, octobre 2019-) 

    • Pierre Couhault (post-doctorant, mars 2021-) 

    • Béatrice Boiffin (chercheuse indépendante, 2019-) 

    • Perrine Mesguen (doctorante, École du Louvre, EPHE, octobre-décembre 2019) 

    • Marion Berg (élève en Master 2, École du Louvre, mars-mai 2019) 

    • Edi Guerzoni (élève en Master 2, École du Louvre, mai-juin 2019) 

    • Silvia Marcheselli (élève en Master 2, École du Louvre, septembre-octobre 2019) 

    • Clotilde Vivier (élève en Master 2, EPHE, juin-juillet 2021) 

    Équipe design et technique

    • Sophie Fétro, directrice artistique (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

    • Kim Sacks (designer – docteur en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur) 

    Partenaires scientifiques

    • Università Ca' Foscari di Venezia / Dipartimento di Studi Umanistici

    • ARCHE Arts, civilisation et histoire de l'Europe

    • ACTE Arts, Créations, Théories, Esthétiques

    • Géographie-cités

    • ArScAn Archéologies et Sciences de l’Antiquité

    • EA4116 SAVOIRS ET PRATIQUES, DU MOYEN AGE À L'ÉPOQUE MODERNE

    • Equipe de recherche de l'Ecole du Louvre

    • IRHT Institut de recherche et d'histoire des textes

     

    Plus d’informations sur le programme : https://anr.fr/Projet-ANR-18-CE27-0003

    Journées d'étude associées :

    APPLICATION MOBILE « COLLECTA+ » :

    Désormais disponible dans vos stores (android et iOS), téléchargement libre : l'application mobile « Collecta+ » une enquête participative dédiée à la collection historique François-Roger de Gaignières. 

     

Programmes ANR

  • ANR CORES N° ANR-19-CE38-0003-01 "Comportements et représentations spatiales collectives en milieu urbain" 2019-2022

    Le projet ANR « CORES » N° ANR-19-CE38-0003-01 ayant pour objet : « Comportements et représentations spatiales collectives en milieu urbain : Incidence des cartographies instrumentales et partagées en situation de navigation pédestre », a été sélectionné par l’ANR dans le cadre de l’Appel à projets générique 2019 " Révolution numérique : rapports aux savoirs et à la culture ". Il a débuté en octobre 2019 et prendra fin en avril 2023. Le Responsable scientifique et coordinateur du projet est Monsieur Bernard GUELTON, professeur émérite à l’Institut ACTE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Le projet est réalisé en coopération avec : l’Université de Bretagne Occidentale – LETG Brest, l’entreprise ORBE, l’Université Aix-Marseille – Laboratoire de Neurosciences Cognitives, l’Université de Toulouse 2 – Laboratoire Lettres, Langage et Arts (LLA  Creatis), Andhra University College of Engineering (India), et l’INRS (Canada).

    Résumé du projet :

    La pratique de la marche en milieu urbain a été considérablement transformée depuis l’arrivée des outils de cartographie instrumentale comme Google Maps. Fort d’une expérimentation conduite depuis plusieurs années sur des marches réalisées collectivement à l’aide d’une application de cartographie partagée, une question centrale est apparue avec évidence : dans quelle mesure les cartographies instrumentales et partagées sont-elles susceptibles de modifier nos comportements et nos représentations spatiales ? Si des études précédentes ont tenté de cerner l’impact des outils de navigation sur nos représentations cognitives, aucune ne s’est véritablement intéressée à l’incidence des outils d’interaction collective entre marcheurs en milieu urbain. Spécifiquement, cette recherche vise à confronter les représentations spatiales – obtenues via des dessins à main levée – et les comportements dans l’espace, retranscris à l’aide de données de trackings collectées passivement.

    Plus précisément, trackings et dessins seront confrontés de façon arrêtée (résultat final), mais surtout de façon dynamique : évolution temporelle et spatiale de la marche et évolution temporelle et spatiale de la construction des dessins filmés en vidéo stop motion. Ainsi, nous procéderons notamment à une analyse croisée des évolutions spatio-temporelles de la marche – comportements – et de la construction des dessins à main levée filmés en vidéo stop motion – représentations – (mais également en considérant l’aspect comportemental dans la construction des dessins).

    Mots clés : comportement spatial, représentation spatiale, marches urbaines, navigation appareillée, interactions collectives, externalisation, carte cognitive, dessin, stop motion vidéo

    Plus d’informations sur le programme: http://fictions-et-interactions.net/recherche/

    Agence Nationale de la Recherche

  • ANR EDEN ARTECH N° ANR-20-MRS2-0002-01 « Ethique et Durable pour une Ecologie de la Nature à travers les ARTs et les TECHnologies »

    Responsable scientifique (coordinatrice) : Olga KISSELEVA

    Date de début-date de fin : 24 SEPTEMBRE 2020 - 23 SEPTEMBRE 2022

    Durée du projet scientifique : 24 mois

    Partenaires scientifiques :

    - Institut Mines-Télécom Business School-CNRS-EHESS, Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain IIAC/LACI , UMR 8177

    - Université Gustave Eiffel, Dispositif d’information et de communication à l’ère numérique, DICEN

    - Université de Roskilde

    - Auckland University of Technologie, Institute for Applied Ecology

     

  • ANR DESIGNSHS N° ANR-20-CE27-0023-06 « Design graphique, recherche et patrimoine des sciences sociales. Le Laboratoire de graphique de Jacques Bertin »

    Ce projet vise à réaliser la première étude d'envergure des relations entre design graphique et recherche en sciences humaines et sociales, de 1950 à aujourd'hui. L’essor contemporain des technologies d’imagerie et de la visualisation de données dans tous les domaines de la connaissance place la visualité et le design au cœur de la recherche et de sa communication, avec des implications épistémologiques, sociales et culturelles qui demandent à être étudiées. Le Laboratoire de graphique de Jacques Bertin (LG) a été un acteur historique majeur de ce mouvement, au croisement de l’innovation graphique et des sciences sociales telles qu'elles se sont réinventées, en France notamment, dans la deuxième moitié du XXe siècle.

    En partenariat avec l’EHESS, les Archives Nationales (AN), la Bibliothèque Nationale de France (BnF), les universités Rennes 2, Paris I Panthéon Sorbonne, Paris Diderot, la Haute École d’Art & Design (HEAD – Genève), et l’université de Hosei (Japon), ce projet propose, à partir de la valorisation des fonds Bertin et du LG, d'enclencher une dynamique de recherche interdisciplinaire sur une question au cœur de l’axe Culture, créations, patrimoine de l’ANR : la patrimonialisation et l’étude des cultures visuelles des sciences sociales et du design graphique, des années 1950 à l’âge des humanités numériques.

    Responsable scientifique (coordinatrice) : Charlotte BIGG, participant : David BIHANIC

    Date de début-date de fin : 1er AVRIL 2021 - 31 MARS 2025

    Durée du projet scientifique : 48 mois